La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans le débat sur les attaques terroristes dont la France a été victime
Séance du mardi 13 janvier 2015

M. le président. La parole est à M. Philippe Adnot, délégué des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe.

M. Philippe Adnot, délégué des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe. Monsieur le président, mesdames, messieurs les ministres et secrétaires d'État, mes chers collègues, je souhaite m'associer à l'hommage qui a été rendu par l'ensemble des citoyens français aux victimes de l'agression dont la France a été l'objet ; aux victimes innocentes qui n'avaient comme tort que de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment ; aux policiers, dont nous ne soulignons jamais assez le dévouement, alors qu'ils ont un rôle difficile et dangereux ; aux membres de la rédaction de Charlie Hebdo qui n'ont jamais renoncé à être ce qu'ils étaient malgré le danger. On a le droit d'aimer ou de ne pas aimer ce qu'ils faisaient, mais on n'a pas le droit de s'en prendre à la liberté d'expression par la violence. Au-delà des personnes, en effet, c'est bien ce qu'ils symbolisaient avec talent : la liberté d'expression.

Ce drame doit nous conduire à réfléchir. Au fil des lois, des comportements, nous constatons bien qu'il y a de plus en plus d'ayatollahs de la pensée unique, du politiquement correct. Tous les jours, nous voyons croître la liste de ce qu'il n'est plus possible d'exprimer.

Cette liberté d'expression que des millions de Français ont soutenue comme une valeur fondamentale est tous les jours remise en cause, et pas seulement par des intégristes religieux. Je pense que chacun doit faire son examen de conscience et, malheureusement, je crains que nous ne voyions refleurir rapidement les interdits.

Au-delà de cet examen de conscience, au sein de cette enceinte, de la société française, il faudra bien que la communauté internationale se penche un jour sur le conflit israélo-palestinien, lequel, en plus de la souffrance infligée aux deux peuples concernés, nourrit tous les fantasmes dans nos banlieues et sert de paravent au terrorisme international.

Soyons lucides : rien n'est résolu par la grande manifestation des Français ; il faudra bien examiner les dysfonctionnements entrevus, non pas pour désigner des coupables, mais pour identifier des manquements. Le tueur de Vincennes a été libéré au bout d'un an et demi de détention, alors qu'il avait écopé d'une peine de cinq ans.

Partout, la République, dans son exigence de laïcité, recule ; l'exemple de la minute de silence dans les établissements scolaires est flagrant.

Je ne suis pas sûr qu'il y ait besoin de nouvelles lois ; il faudrait plutôt revoir les conditions de l'application de celles qui existent. Songeons à ce policier qui a déclaré avoir eu les frères Kouachi dans le viseur pendant dix secondes et n'avoir pas tiré car il n'était pas en situation de légitime défense.

Je pense aussi qu'il y a un problème de moyens. Nous voyons parfois, dans nos territoires, des véhicules de gendarmerie immobilisés, faute d'essence.

Je voudrais terminer mon propos en rendant hommage aux forces de l'ordre. Leur courage, leur détermination, leur sang-froid forcent notre admiration ; nous sommes fiers d'elles, et c'est la raison pour laquelle nous devons les soutenir, aujourd'hui comme demain. Dès lors, mes chers collègues, ce sont elles, et non pas mon intervention, que je vous demande d'applaudir. (Applaudissements.)


Haut de page