+

La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans la discussion générale du projet de loi autorisant l'approbation de la décision (ue, euratom) 2018/994 du conseil du 13 juillet 2018 modifiant l'acte portant élection des membres du parlement européen au suffrage universel direct, annexé à la décision 76/787/ceca, cee, euratom du conseil du 20 septembre 1976
Séance du jeudi 14 février 2019

M. le président. La parole est à M. Jean Louis Masson.

M. Jean Louis Masson. Monsieur le président, madame le ministre, je profiterai de cette intervention pour faire remarquer à notre rapporteur qu'il ferait bien de lire le règlement du Sénat, lequel permet le dépôt d'une motion tendant à opposer l'exception d'irrecevabilité comme je viens de le faire.

Le rapporteur a le droit d'être un européiste, un fédéraliste, de promouvoir des élections globales et non plus nationales,...

M. Richard Yung, rapporteur. Oui, et c'est tout à mon honneur !

Mme Nathalie Loiseau, ministre. Et c'est le droit !

M. Jean Louis Masson. ... mais il n'a pas à mettre en cause le dépôt d'une motion dans des conditions tout à fait conformes au règlement du Sénat, même si elle ne lui fait pas plaisir.

Cette mise au point étant faite, j'indique que je n'ai pas du tout changé de point de vue, contrairement à ce que certains ont pu dire, depuis l'examen du texte sur le Brexit. J'ai toujours pensé la même chose. Je suis partisan d'une Europe des nations, car l'Europe à tendance fédéraliste que certains veulent mettre en place, c'est l'Europe de la chienlit !

Chacun ici a le droit d'avoir ses opinions. La majorité au Sénat, qui représente théoriquement les Français, n'est pas à l'image du résultat des élections au suffrage universel direct de 2017. Chacun doit respecter l'autre. Je ne vois pas pourquoi, en tant que partisan d'une Europe des nations, je me ferais agresser par les partisans d'une Europe fédéraliste ! Je représente une fraction de la population française digne d'intérêt, qu'on la qualifie de « populiste » ou de « machin chouette »…

Ces termes utilisés de manière péjorative sont d'ailleurs tout à fait discriminatoires de la part de gens qui se veulent des chantres de la démocratie. Quand on est démocrate, on commence par respecter les autres, notamment ceux qui ne partagent pas le même point de vue.

Même si, dans cette enceinte, je suis tout seul à penser ce que je pense, ce n'est pas nécessairement le cas à l'échelon national, comme on le verra lors des prochaines élections européennes !

Cela étant dit, le texte qui nous est soumis prévoit une évolution vers un système ayant pour effet de marginaliser ceux qui ne sont pas partisans d'une Europe fédéraliste. Tout ce qui est fait, y compris la fixation d'un seuil minimum de 3 % pour la représentation…

M. le président. Il faut conclure, cher collègue !

M. Jean Louis Masson. Les non-inscrits n'ont pas beaucoup de temps de parole, mais j'aurai bien l'occasion de revenir vous dire ce que je pense !


Haut de page