La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans le débat sur l'accord européen relatif à la Grèce

Séance du mercredi 15 juillet 2015

M. le président. Acte est donné de la déclaration du Gouvernement.

Dans le débat, la parole est à M. Robert Navarro, pour la réunion administrative des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe.

M. Robert Navarro. Monsieur le président, messieurs les ministres, mesdames les secrétaires d'État, mes chers collègues, oui, la Grèce reste dans la zone euro et cela demeure une bonne nouvelle, même si des rebondissements ne sont pas à exclure.

Toutefois, les dirigeants européens ont imposé un véritable traité de Versailles au peuple grec, une punition et une humiliation d'une violence inouïe.

Je suis un ardent défenseur de l'Europe depuis le début de mon engagement politique. Mais force est de constater que l'Union européenne a changé de nature le week-end dernier.

Premièrement, j'ai appris que l'euro n'était pas qu'une monnaie, qu'il était aussi une politique économique particulière.

L'euro devait rapprocher les peuples, être la monnaie de tous les Européens. Or cette crise a prouvé que tel n'était pas le cas : on peut priver certains habitants de la zone euro de l'accès à leur propre monnaie.

Jusqu'à ce week-end, l'Europe, c'était la convergence progressive de nations égales en une « union sans cesse plus étroite ». Chaque État membre choisissait librement de confier à l'Union une part de sa souveraineté dans son propre intérêt.

Chaque pas vers l'Europe était « irréversible » et « irrévocable ».

Enfin, l'accord tacite était que l'Allemagne devait se retenir de toutes tentations impérialistes en échange de la seconde chance donnée.

Depuis lundi matin, cela n'est plus. La Grèce n'est plus souveraine. L'irréversibilité de l'Euro est morte. Tous les irréversibles du projet européen sont devenus réversibles. Tous les irrévocables sont devenus révocables.

La zone euro n'est plus un projet politique commun qui supposerait la prise en compte des aspirations de tous par des compromis équilibrés. Ce week-end, elle est devenue un lieu de domination des forts sur les faibles, des créanciers sur les débiteurs.

La cruauté de ce week-end est un avertissement pour les pays latins, dont la France.

Droite comme gauche devraient chercher la parade plutôt que de se renvoyer la balle, car ils n'ont jamais mené une politique économique qui convienne à l'Allemagne. Tôt ou tard, au rythme où avance notre dette, nous connaîtrons le même sort si nous ne réorientons pas vraiment – j'insiste sur le « vraiment » – l'Union européenne. D'ailleurs, il s'agit non plus de réorienter, mais de refonder.

Ce week-end, les dirigeants européens ont ouvert une boîte de Pandore qui pourrait coûter cher à l'Europe et offre un boulevard aux extrêmes.

C'est de cela que les politiques devraient s'occuper. Au lieu de cela, Sarkozystes et Hollandais débattent entre eux pour savoir qui a sauvé l'intégrité de la zone euro. Car, en réalité, tous sont responsables de la tournure prise par l'Union européenne depuis la crise de 2008. Une crise de spéculateurs, née aux États-Unis, il faut s'en rappeler – on a trop tendance à l'oublier – à l'heure de l'addition. (Applaudissements sur les travées du groupe CRC. – Mme Marie-Noëlle Lienemann applaudit également.)


Haut de page