La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans la discussion générale de la proposition de résolution pour le soutien au plan d'électrification du contient africain: "plan électricité - objectif 2025"
Séance du jeudi 22 octobre 2015

M. David Rachline. Monsieur le président, madame la secrétaire d’État, mes chers collègues, je ne reviendrai pas sur les propos de M. Labbé. Simplement, je ne suis pas surpris que les Verts soient au fond du trou et que les électeurs les écartent, eux comme leurs amis communistes d’ailleurs, ce dont je me félicite ! (Protestations sur les travées du groupe écologiste et du groupe CRC.)

M. Joël Labbé. Démagogue !

M. David Rachline. En préambule, je souhaite évoquer la discourtoisie, pour ne pas dire la couardise de M. Bockel. Il m’a en effet proposé, comme à un certain nombre d’entre vous, j’imagine, de cosigner cette proposition de résolution par mail. Le 19 juin dernier, je lui faisais savoir que j’acceptais de la cosigner et je recevais le même jour un mail de remerciement.

Pourtant, voilà quelques jours, je découvrais que mon nom ne figurait pas dans la liste des cosignataires du texte, contrairement à ce qui était indiqué sur ma notice sur le site internet du Sénat. Deux jours après avoir interrogé le service de la séance sur cette bizarrerie, ma notice était corrigée et ma cosignature n’y apparaissait évidemment plus, sans aucune explication.

Je vous saurais donc gré, monsieur Bockel, d’avoir la courtoisie de m’expliquer ce changement ! Je crains malheureusement qu’il ne soit dû qu’à votre pur sectarisme, surtout lorsque je constate la forte hétérogénéité des courants politiques représentés dans les signataires.

Si vous ne voulez pas de ma signature et donc, de facto, du soutien des millions d’électeurs que représente mon mouvement politique, pourquoi m’avoir proposé de cosigner cette proposition de résolution ? Je ne vous cache pas que je compte bien faire connaître aux Français votre conception de la défense du bien commun et le peu de valeur que vous donnez à votre propre signature !

Sur le fond, n’étant ni sectaire ni rancunier, et considérant la recherche du bien commun comme intrinsèque à mon engagement politique, je continue de soutenir cette proposition de résolution, donc le plan que l’ancien ministre Jean-Louis Borloo a récemment proposé pour aider au développement de ce grand continent africain.

Ce projet, porté par la fondation de M. Borloo, ferme la porte, savamment laissée ouverte depuis soixante ans, de l’autoculpabilisation et pose les bases pour écrire une nouvelle page d’histoire franco-africaine.

Oui, les Africains ont besoin de notre aide pour développer leur continent. Nous considérons que M. Borloo fait le bon diagnostic en jugeant que l’électrification du continent est un préalable à son développement. Nous considérons en outre que l’utilisation d’une fondation privée est un bon vecteur pour mener à bien ce projet. En effet, pendant trop longtemps, l’aide au développement comportait une approche politique, voire politicienne, qui était donc loin de bénéficier au plus grand nombre. Les affaires mettant en cause des dirigeants de pays africains en sont la triste illustration.

Avec le temps, les effets bénéfiques de la colonisation sur le développement économique de ces pays ont disparu… (Murmures sur les travées du groupe CRC, du groupe socialiste et du groupe écologiste.)

Mme Brigitte Gonthier-Maurin. Les effets bénéfiques de la colonisation ?

M. David Rachline. … et, du fait d’une culpabilisation exacerbée, nous autres, Français, n’avons pas su ou, pis, voulu, continuer sous une autre forme d’aider ces pays à se développer.

Il convient de noter que cette électrification pourra se faire de manière durable, car un grand nombre de technologies « propres » répondent aujourd'hui aux besoins de ces populations.

Ce projet porte une vision saine de l’homme, celle d’un homme ayant besoin d’un enracinement : il est dit clairement que l’un des objectifs de ce projet est d’aider les Africains à se développer sur leur territoire – j’insiste sur ce point. En effet, je crois fermement en l’enracinement des peuples et, oui, je préfère, comme des millions de Français, voir des Africains vivre en Afrique, dans un environnement sûr et développé, plutôt que dans une sorte de bidonville aux portes de Calais, ce vers quoi la plupart d’entre vous les accompagnent malheureusement ! (Protestations sur les travées du groupe écologiste et du groupe CRC.)

Nous défendons un développement local, un développement enraciné, bref un véritable développement écologique et durable au service de l’homme.

Nous soutenons donc cette proposition de résolution et le plan Électricité-Objectif 2025 porté par la fondation « Énergies pour l’Afrique », car il s'agit d’un projet animé par la recherche du bien commun et par une vision durable du développement, enraciné et non mondialisé.

 


Haut de page