La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans le débat portant sur les moyens consacrés au renseignement intérieur
Séance du mercredi 23 mars 2016

Mme la présidente. La parole est à M. David Rachline.

M. David Rachline. Madame la présidente, Monsieurle ministre, mes chers collègues, le rapport d'information dont nous débattons aujourd'hui des conclusions porte sur les moyens consacrés au renseignement intérieur. Sa date de publication – antérieure aux attentats islamiques du 13 novembre dernier – nous permet malheureusement de répondre de façon négative à la question de la capacité de nos services de renseignement à répondre à ce risque.

Les faits sont têtus : non, les services concourant au renseignement intérieur n'ont pas été en capacité d'assurer leurs missions, contrairement à ce que l'on peut lire sur la première page de ce rapport d'information.

En outre, les actes perpétrés hier sur le territoire du Royaume de Belgique démontrent que les services de renseignement sont encore dépassés par nos ennemis. Alors, oui, il faut renforcer les moyens dédiés à ce combat.

Ces odieux attentats coïncident avec le lancement d'une campagne de propagande du Gouvernement contre le racisme, ou plutôt contre une vision idéologique du racisme. Trois millions d'euros ont été consacrés à cette propagande culpabilisante, alors que le peuple de France est sans doute le moins raciste de tous les peuples du monde. Ces millions auraient sans doute été bien plus utiles à la lutte contre nos ennemis islamistes ; la liste des besoins en matériel pour nos forces de l'ordre, pour ne parler que de cela, est malheureusement bien longue.

N'étant malheureusement pas membre de la délégation parlementaire au renseignement, je n'ai qu'un regard extérieur sur l'organisation des services de renseignement. Cependant, comme vous le mentionnez dans la recommandation n° 2, monsieur Dominati, je pense qu'un regroupement des différentes unités serait gage d'efficacité opérationnelle, de même que le renforcement des effectifs dans le maillage territorial. Dire qu'aujourd'hui un commandant de compagnie de gendarmerie n'a pas accès aux fiches S et qu'il n'est donc pas en capacité de savoir si des individus identifiés comme présentant un risque se trouvent sur sa zone !

Toutefois, ne nous voilons pas la face, l'efficacité de nos seuls services de renseignement ne suffira malheureusement pas à nous protéger du péril islamique. Il faut en effet revoir un certain nombre de nos politiques publiques pour endiguer ce fléau et gagner cette guerre, pour reprendre les termes du Premier ministre.

Cela passe par un changement de notre politique étrangère, en particulier vis-à-vis des pays prétendus amis – certains de leurs représentants ont reçu, me semble-t-il, la Légion d'honneur –, qui, au mieux, sont complaisants et, au pire, des soutiens des islamistes.

Cela passe aussi par un changement de notre politique migratoire : les noms et les nationalités des auteurs de ces attentats sont la démonstration du lien évident entre immigration et terrorisme islamique.

Cela passe également par un changement de notre politique régalienne, en particulier avec le retour aux frontières nationales et le contrôle systématique des personnes qui entrent sur notre sol.

Cela passe, enfin, par un changement de notre politique dite « de la ville ». Au nom de votre « vivre ensemble », vous avez toléré, pour des raisons électoralistes essentiellement, les communautarismes les plus odieux, qui ont fait le lit du terrorisme.

L'énergie que vous employez depuis des dizaines d'années pour faire taire ceux qui vous alertent sur des risques devenus aujourd'hui réalité serait plus utile à lutterent une véritable haine : la haine de notre culture, de notre histoire et de la France !

 


Haut de page