La Rasnag - Ses membres - Libre propos - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Libre propos

Libre propos

Sylvie DESMARESCAUX : le dépistage du cancer du sein

Chaque année depuis 8 ans, le mois d’Octobre est désigné comme étant celui du dépistage du cancer du sein. Une action mondiale de sensibilisation est menée, elle consiste en l’illumination en rose des grands monuments du monde. A l’échelon local, chaque ville et village est invité à décorer ses monuments et à distribuer des signets et des rubans roses.

  Les campagnes de sensibilisation à la prévention des maladies ont démontré leur efficacité étant généralement suivies d’une augmentation du nombre de dépistage. Elles sont menées par les institutions de l’Etat ou de la Sécurité sociale qui trouvent dans les associations un relais indispensable. Mais, il appartient également aux élus de participer, à hauteur de leurs moyens, à ces actions d’information et de prévention. Les hôtels de ville, notamment, sont des lieux de passage fréquent où l’information peut être mise à disposition. Maire depuis deux ans, c’est sans hésiter que j’ai engagé ma commune dans l’opération « Octobre rose » et je me réjouis de constater qu’un grand nombre de mes collègues des Flandres Maritime et Intérieure ont fait le même choix.

  Chaque action, même dans la commune la plus petite qui soit, a son importance car le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent, il touche environ une femme sur dix. Certes, malgré une augmentation de 60% du nombre de cas entre 1975 et 1995, le nombre de décès a connu une progression modérée de l’ordre de 8%. Ce résultat est bien évidemment la conséquence de l’efficacité accrue des traitements mais aussi de la généralisation des diagnostics rendue possible par l’accord du 11 mai 2001 signé entre la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et la Fédération Nationale des Radiologues. Il prévoit, en effet, la gratuité d’une mammographie tous les deux ans pour les femmes âgées de 50 à 74 ans.

  Toutefois, le recours au dépistage et la consultation annuelle chez un gynécologue est loin d’être devenu une habitude pour les femmes en France. La plupart éprouvent des réticences à dévoiler leur corps, elles ont peur que l’examen soit douloureux ou encore refuse de devoir entendre un résultat négatif.

  Il est important de leur faire comprendre que la mammographie reste le moyen le plus efficace de dépistage car la tumeur du sein est rarement douloureuse et peut prendre plusieurs années pour se développer. Sa découverte est souvent trop tardive or, nous savons tous que plus tôt la tumeur est décelée plus les chances de guérison sont grandes.

  Le dépistage est donc devenu un enjeu de première importance et c’est avec un immense plaisir que j’ai pris connaissance des intentions de Monsieur Jean-François MATTEI, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées, de déposer un projet de loi de programmation quinquennale en santé publique qui mettrait l’accent sur la lutte contre le cancer. Devraient être renforcés les programmes de prévention et d’information. Dans ce domaine, les associations ont toujours effectué un travail formidable mais il est important que le Gouvernement,  les Parlementaires mais aussi tous les élus ainsi que toutes les administrations territoriales et nationales, montrent leur intérêt pour la cause qu’elles défendent avec ardeur et soient des partenaires efficaces dans la lutte contre ce fléau.


Sylvie DESMARESCAUX, Sénateur du Nord


Haut de page